AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [livres] FAKE de Giulio Minghini Ed Allia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lara
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 282
Localisation : dans ma bulle...bleue...
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: [livres] FAKE de Giulio Minghini Ed Allia   28/3/2009, 15:16





36 ans, Parisien d’adoption, est Italien, pays quitté voilà quatorze ans pour ne presque plus y revenir. Fake est son premier roman.
"Mon livre conte une fuite profonde, pas l’épopée d’un libertin. Le narrateur n’en tire que rarement de la jouissance, et elle est toujours teintée de douleur et de souffrance. Ce n’est pas une quête hédoniste, mais une fuite des sens." Et dans Fake, il l’écrit : "Tout ce qui était libertinage au dix-huitième siècle en Europe, lorsque l’emprise de la morale catholique était suffocante, n’est plus qu’une forme de libéralisme sauvage diaboliquement déguisé en liberté."


Ça commence comme ça :
"Je me suis vomi, je me suis créé, transformé, recraché, et cela à plusieurs reprises. Ma dose était la suivante : cinq bouteilles de Wyborowa par semaine, trois paquets de Marlboro sénégalaises par jour, deux Prozac. Lexomil pour dormir, trois quarts. Le dernier quart au réveil, avant d’allumer mon ordinateur. J’avais le visage ravagé de griffures, ma peau s’écaillait : dans la glace, un masque épouvantable faisait mine de me sourire. Mes ongles ressemblaient à des virgules, et ça saignait. Une fois réveillé, j’allais vérifier mon courrier. Lire, répondre, relancer, inventer des pièges, mentir encore. Percer du regard des photos un peu floues, essayer de deviner des intentions derrière des annonces creuses ou coquines, des annonces qui en disaient trop, ou pas assez. J’étais nu devant l’écran, je transpirais, je voulais aller plus vite, je ne mangeais presque plus. Des oeufs crus mélangés à du poivre, j’avalais ça pour tenir. Et j’avançais. Personne ne me l’avait dit, ça, qu’il y avait une entrée et peut-être pas de sortie, et pas de monstre au centre de ce labyrinthe."

L’auteur nous parle de la communication virtuelle sur le net sans censure…un exutoire à la solitude…pour combler un vide….un labyrinthe monstrueux sans porte de sortie, multiplié par les miroirs….
Les nuits blanches qui se succèdent durant des jours, des mois, des années, à la recherche de l’éclat pixélisé d’étreintes fantomatiques…
Sorte de vitrine littéraire où chacun épit l’autre, le pille…jusqu’à le rendre exsangue….
Autopsier chaque cervelle métastasée de sensibilité maladive…
Sur le tchat, chacun est navré de ne susciter chez l’autre qu’incompréhension et dérision….
Perplexité stérile….
Education au sexe avec des expériences menant parfois à l’extrême…
Tout y est….l’amour, le numérique et la solitude…
Allumer son ordinateur et sortir de soi…avec plus ou moins de facilité….


Peu de livres encore sur ce sujet….premier livre donc sur l’univers des sites de rencontre, sur les supermarchés virtuels du sentiment.
Histoire que l’on sent largement empruntée à la réalité, qui ne fait pas dans la demi-mesure quand il raconte la déchéance, la chute, le sexe, les rencontres foirées…Ecriture talentueuse et authentique…..
A vous de juger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[livres] FAKE de Giulio Minghini Ed Allia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Consultation Livres Hebdo? (&autres revues professionnel
» Le maghreb des livres 2010
» Idée: une bourse aux livres
» livres prénoms ou internet ?
» des livres pas comme les autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Et le reste. :: Arts et loisirs-
Sauter vers: