AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ca s'en va et ça revient... Les drogues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 27
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Ca s'en va et ça revient... Les drogues.   11/6/2009, 03:06

Voilà, je suppose que ces études ne sont pas faites à la légère, et les résultats sont...
Les jeunes français étaient déjà alcooliques, et maintenant... D'autant que j'ai une amie qui m'a avoué être tombée le nez dans la poudre il y a peu. Ça fait plaisir...






Drogues : les jeunes fument moins mais s’adonnent à la coke


Posté le 11. juin, 2009 par La redaction dans la rubrique Culture, Santé chez Topactu



DROGUES À 17 ANS : ÉTAT DES LIEUX 2008, ÉVOLUTIONS DEPUIS 2000

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies publie les résultats de la sixième enquête ESCAPAD menée auprès de quelque 40 000 jeunes gens en métropole. L’OFDT a interrogé en 2008 les jeunes participant à la Journée d’Appel de Préparation à la Défense ( JAPD) sur leur santé et leurs consommations de produits psychoactifs.

Cette sixième enquête sur la Santé et sur les Consommations de drogue pendant l’Appel de Préparation À la Défense (ESCAPAD), qui a été réalisée avec l’appui de la Direction du Service National, portait sur un échantillon de 39.542 jeunes Français âgés de 17 ans en France métropolitaine.

Les premiers résultats de cette enquête ont été publiés dans le numéro 66 de Tendances intitulé “Les drogues à 17 ans Résultats de l’enquête ESCAPAD 2008″, présentent les niveaux d’usages d’environ quinze substances. Il s’agit tout d’abord des produits les plus diffusés tels que l’alcool et le tabac, et pour les drogues illicites comme du cannabis. D’autres substances illicites telles que la cocaïne, la drogues de synthèse ou des substances détournées de leur usage et dont la consommation est assez rare ont également été étudiées. Cette synthèse est aussi l’occasion de réactualiser les évolutions de ces consommations depuis l’an 2000.

Les dernières tendances pour ces deux groupes de produits se sont révélées très différentes : stabilité voire baisse pour les trois produits les plus diffusés alors que le groupe des produits illicites ou détournés, qui sont moins répandus, voit leur diffusion se développer.

Alcool tabac et cannabis

L’alcool, le tabac et le cannabis sont les trois produits les plus diffusés. Les filles sont moins concernées que les garçons par ces consommations, excepté pour le tabagisme dont les niveaux d’usage semblent équivalents dans les deux sexes. Globalement les usages de ces produits ont nettement reculé, même si la tendance paraît moins nette pour les ivresses.


* Des niveaux d’expérimentation en baisse excepté pour les ivresses

En 2008, plus de 9 jeunes sur 10 âgés de 17 ans, soit 92,6 % d’entre eux, ont reconnu avoir déjà bu de l’alcool. Sept sur dix, soit 70,7 % de cette tranche d’âge, ont confié avoir déjà fumé une cigarette. Près de six ados sur dix (59,8 %) affirment avoir déjà été ivres et lus de quatre sur dix, soit 42,2 %, ont déjà fumé du cannabis au cours de leur vie. L’étude montre que la plupart de ces niveaux vivent en repli. Il a été constaté que l’expérimentation de tabac a baissé depuis l’an 2000 et celle de cannabis depuis 2003. Par ailleurs, l’usage d’alcool au cours de la vie est restée stable depuis 2003, alors que celui de l’ivresse est en nette hausse depuis 2003.

En 2008, l’âge moyen lors de la première cigarette se situait autour de 13 ou 14 ans ; celui de la première ivresse se situait à 15 ans. Le premier usage de cannabis, pour les ados qui touchent à ce produit, se situait après 15 ans. Depuis l’an 2000, les âges moyens lors des expérimentations de cannabis et du tabac ont diminué jusqu’en 2005 puis augmentent depuis cette date pour les deux sexes.


* Usages réguliers et quotidiens en recul

Les usages réguliers des substances les plus diffusées ont également baissé ces derniers temps. Après avoir augmenté jusqu’en 2003, la consommation d’alcool est en recul depuis cette date. Pour les ivresses régulières, il a été constaté que les niveaux sur l’ensemble de la période sont passés de 6,4 % à 8,6 % mais que le pic se situait en 2005 à 9,7 %. L’étude révèle que la consommation quotidienne de tabac chez les adolescents marque pour sa part très nettement le pas. On estime que 4 jeunes sur dix, soit 41,1 %, ont fumé tous les jours en 2000. En 2008, ils étaient un peu moins de trois sur dix, soit 28,9 %. La baisse observée sur l’ensemble de la période est de 30 %.

Les consommations régulières ou quotidiennes de cannabis ont baissé depuis 2002, passant respectivement de 12,3 à 7,3 % et de 4,5 à 3,2 %.

La consommation de la cocaïne, des amphétamines, de l’ecstasy, de l’héroïne et de plusieurs autres produits psychoactifs illicites est en nette augmentation. Même si la consommation de ces produits reste très inférieurs aux chiffres précédents, l’étude montre que les niveaux d’expérimentation de toutes ces substances psychoactives illicites augmentent lamentablement depuis l’an 2000. Là encore, les filles sont moins concernées que les garçons par les usages. L’âge d’expérimentation de ces produits psychoactifs illicites a d’abord crû entre 2000 et 2003 avant de se stabiliser aux alentours de 16 ans.


* Expérimentation des produits stimulants en hausse

Du côté des stimulants, on constate une nette progression de la cocaïne qui représente aujourd’hui 3,3 % d’expérimentation au lieu de 2,5 % en 2005, contre 0,9 % en 2000. Beaucoup plus rare, le crack est curieusement aussi en hausse, passant de 0,7 % à 1,0 % entre les années 2005 et 2008. L’enquête montre que la consommation des amphétamines est également en augmentation passant de 2,2 à 2,7 % entre les années 2005 et 2008. Il n’y a que l’expérimentation d’ecstasy qui a baissé pour se situer à 2,9 % contre 3,5 % en 2005.


* Diffusion des substances rares en augmentation

Dans le groupe des produits les plus rares, plusieurs ont augmenté de leur diffusion. C’est le cas de l’héroïne qui a franchi le seuil de 1 % d’expérimentation en 2008 pour se situer à 1,1 contre 0,7 % en 2005. Même chose pour le GHB qui a progressé de 0,3 à 0,4 % et aussi la Kétamine qui est passé de 0,4 à 0,6 % entre les années 2005 et 2008. L’étude révèle que l’expérimentation du LSD est passé de 1,1 à 1,2 % alors que celle du Subutex®️ a progressé de 0,5 % entre 2005 et 2008.


* Forte hausse des produits à inhaler et des poppers

L’enquête ESCAPAD 2008 met clairement en lumière une augmentation significative de l’expérimentation des inhalants, c’est notamment le cas des poppers. Leur usage au cours de la vie est passé de 5,5 en 2005 à 13,7 % en 2008.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ca s'en va et ça revient... Les drogues.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maurice revient de chez le médecin et apprend à sa femme qu'il ne lui reste que 24 heures à vivre
» Prurit qui revient pour les règles?
» biblioforum + epreuves cons. territorial interne
» La neige revient, le gouvernement prévient
» Line Renaud revient à la chanson avec Mylène Farmer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Le petit Salon :: Bla Bla-
Sauter vers: