AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Water Music

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Water Music   8/2/2009, 07:30

Par la fenêtre, on ne voyait ni faune ni flore. Et pour cause, il n’y en avait pas.
- L’eau c’est surfait, ma petite Ondine. Tu ne connais pas ta chance de vivre en Terre Adélie. Moi, j’ai passé mon enfance à Maubeuge, il pleuvait, il pleuvait… L’eau, ça n’a rien de si drôle. En Inde, il y a la mousson : il pleut si fort que les gens sont noyés. Ici, il ne pleut jamais. Il fait soleil ou alors il neige. Dans les pays ordinaires, on paie pour aller voir la neige ou la glace. Toi, tu sors de la maison et tu y es, 365 jours par an.
- Oui, maman, soupira l’enfant, sans conviction.
- Demain, c’est Noël. Les gens normaux espèrent toujours passer un Noël blanc ; en fait, ça ne leur arrive presque jamais. Toi, en 10 ans de vie, tu as connu 10 Noëls blancs.
- Mais je n’ai pas connu de lac, de rivière, de source ou de cascade.
- Tu as mille fois mieux : tu as la mer ! L’océan Indien à 50 mètre de chez toi.
- Une mer gelée, sans plage, où l’on ne peut pas nager. Et puis moi, c’est de l’eau douce que je veux. Des ruisseaux où j’irais boire. Des torrents dans lesquels je bondirais.
- Ondine, je t’en prie ! Tu nous dis ça 500 fois par jour depuis ta naissance. Aucun enfant n’est aussi gâté que toi : tu as la télévision avec écran géant, tu as les ordinateurs les plus performants, tu as même Internet ! À 10 ans ! Tu ne vas pas à l’école, tu as tous les jouets qui existent, tu es libre comme l’air…
- Moi, je voudrais être libre comme l’eau.
- Ça suffit. Va dans ta chambre.
La petite fille s’en alla. La jeune femme alla pleurer dans les bras de son mari :
- Tout ça, c’est de ma faute. C’est moi qui ai voulu l’appeler Ondine. Ce n’est pas un nom pour une gosse qui va vivre en Antarctique. Pourtant, je savais mieux que personne combien nous sommes déterminés par nos prénoms. Je m’appelle Adélie, et comme par hasard j’ai épousé un chercheur du C.N.R.S. basé en Terre Adélie. Quelle idée stupide de nommer notre enfant Ondine !
- Nous ne pouvions quand même pas l’appeler Blanche-Neige, dit Marc, réconfortant. Allons, sèche tes larmes. Demain, c’est Noël : oncle Édouard arrive dans son avion personnel. La petite sera éblouie.
Oncle Édouard était un milliardaire farfelu qui semblait n’avoir d’autre occupation que de parcourir le monde aux commandes de son avion personnel. Il n’était jamais venu rendre visite à son frère dans sa base en Terre Adélie. On vit arriver au loin le petit appareil.
- Regarde, Ondine, l’avion d’oncle Édouard !
L’enfant haussa les épaules. Édouard atterrit et sauta sur la terre gelée. Il était exubérant et joyeux, il parlait sans cesse. Marc et Adélie, qui souffraient de leur isolement, étaient enchantés. Seule Ondine restait sombre. L’oncle s’en aperçut :
- Qu’est-ce qu’elle a, cette petite ?
Les parents lui expliquèrent la situation.
- N’avez-vous pas songé à la mettre en pension en France ?
- Elle ne le veut pas plus que nous. Elle est tellement libre, elle ne supporterait jamais la discipline d’un lycée. Et puis, elle ne veut pas nous quitter. Son unique problème, c’est son obsession pour l’eau douce. Elle reste des heures dans son bain ou sous la douche.
- Et je ne peux pas abandonner la base, enchaîna Marc. Ce poste en Terre Adélie était inespéré. Je ne peux pas y renoncer à cause d’un caprice de ma fille.
Oncle Édouard se tut et réfléchit. Soudain, il partit en criant : « Je serai de retour tard ce soir ! ». Et il décolla dans son avion.
- Il est fou ! dirent les parents éberlués.
Quand la nuit fut tombée, on procéda à la distribution des cadeaux, au pied du sapin. Ondine fut ensevelie sous les nouveaux ordinateurs et les jouets en Plexiglas. Rien ne semblait lui plaire. La veillée était déjà bien avancée quand on entendit l’appareil se poser. Oncle Édouard entra en coup de vent :
- Pas facile, de trouver un magasin de disques en Tasmanie !
Et il tendit à l’enfant un minuscule paquet. Elle l’ouvrit et découvrit un CD : « Water Music » de Haendel. Comme elle restait perplexe, Édouard le lui prit des mains et le glissa dans le lecteur. Aussitôt, toutes les merveilles de l’eau inondèrent la pièce. C’était la plus belle musique du monde. Et sous les yeux incrédules de ses parents, Ondine se métamorphosa en fée aquatique, dansante et resplendissante.

Merci à Bernard l'Hermitte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Water Music
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eau d'arbre à thé (Tea Tree Water)
» Brooke Fraser - Something In The Water
» Cours de Chant/Danse/Music Et Projet de Compétition - Par Mr. Grimson
» MAC and Chen Man Love & Water
» Eau à Rome (Eau-Roma Water)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Amélie Nothomb :: D'autres écrits :: Nouvelles-
Sauter vers: