AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La sexualité dans les écrits d'Amélie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   14/2/2009, 19:25

Je vois ce que tu veux dire Sylbao quand tu dis "elle écrit des femmes qui s'aiment".
Elles les écrit, donc elles existent comme elle les érit, en effet il ne s'agit pas de documentaire. Est-ce que pour autant ça correspond à un désir conscient ou inconscient ? J'aimerais bien, lol. Je suis toujours ravi quand les gens, surtout les artistes, ont une sexualité, réelle ou fantasmée, un peu hors du commun. D'ailleurs, je pense comme toi, ça m'étonnerait que ça ne corresponde à rien, que ce soit juste parce qu'elle trouve que ça fait joli d'écrire ça... Surtout que c'est réitéré. Je trouve ça dommage qu'elle ne communique pas du tout là-dessus, et en même temps le mystère a quelque chose d'intéressant aussi. Je ne peux pas m'empêcher de la voir comme une hétéro "pure et dure" à cause de ce qu'elle dit sur l'homme de sa vie. Mais bien sûr, chacun est double, plus que double même. Et puis c'est marrant aussi qu'on puisse en penser ce qu'on veux, comme elle ne dit rien tout est permis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 07:20

Si je devais émettre une hypothèse sur le rapport de Nothomb à l'homosexualité féminine, je dirais qu'elle la fantasme plus qu'elle ne la vit. On le voit bien dans les descriptions : les belles femmes sont des icônes. Aucun homme ne l'est.
Voilà pour mon petit ragot perso à la "dyke-dar" !

Sinon, franchement, je me moque totalement de sa vie privée.
Et je ne suis pas tellement d'accord avec ce qui a été dit plus haut : je ne trouve pas qu'une hétéro manque de légitimité pour parler de relations gays ou lesbiennes. Et idem en sens inverse, d'ailleurs.
Pour moi, il n'y a pas de différence fondamentale autre que biologique entre ces relations. Alors, à part sur les points techniques, sur lesquels la documentation est toujours possible (puisque apparemment taaaaaant de personnes ont du mal à imaginer ce que deux femmes peuvent bien fabriquer dans un lit à part se faire la lecture de Couture magazine) je ne vois pas ce qui empêcherait un écrivain de décrire une relation contraire à son orientation sexuelle.

Un point de Nothomb elle-même sur la question de l'ambiguïté de ses personnages a été fait dans La dixième Muse - magazine de m**, mais qui a au moins eu le mérite de poser clairement la question à Nothomb sur ce sujet-là :

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=3&u=13229979
http://www.servimg.com/image_preview.php?i=4&u=13229979
http://www.servimg.com/image_preview.php?i=5&u=13229979
http://www.servimg.com/image_preview.php?i=6&u=13229979

Je précise que les scans ne sont pas de moi mais de Tristanne, sur le forum "Amélie Nothomb le forum"... Comme ça, pas d'accusation de plagiat. Salut à toi, Elrond, puisque tu passes par ici pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 16:44

Ce que je vais dire là n'a plus rien à voir avec le sujet de départ. Je tiens à défendre un peu mon point de vue, car visiblement personne ne comprend mon histoire de légitimité. Je ne dis pas qu'il faut à tout prix avoir vécu une chose pour avoir le droit d'écrire dessus. Sinon, on n'écrirait plus grand' chose. Mais je ne parle pas d'écrire dessus, que ce soit des romans, des chansons ou des pièces de théâtre, je ne parle pas d'écrire dessus une fois, mais d'en faire son fond de commerce. Là, évidemment, je pense à Mylène Farmer, qui est devenue grâce à certaines chansons du début de sa carrière une icône lesb, alors qu'elle n'a jamais été ne serait-ce qu'un tant soit peut attirée par une femme. Dans son cas, j'en suis sûre à 100%, c'est uniquement un fond de commerce, ça fait partie du personnage créé de toutes pièces, et je le vis comme une petite trahison. Bien sûr, ça "nous" a aidés dans un sens, la visibilité homosexuelle nous aide toujours. Amélie Mauresmo sort du placard, c'est génial : voilà une jeune femme sympathique, de talent, qui n'a pas honte. Tant mieux. Mais imaginez une célébrité qui cultive l'ambigüité uniquement pour servir ses intérêts, et derrière ça n'a rien de vrai. Quand la visibilité vient de Jodie Foster, Whoopi Goldberg, ou Amélie Mauresmo, aucun problème. Mais quand elle vient de quelqu'un qui n'est pas lesbienne, comme Mylène Farmer, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est une espèce de trahison. Il est vrai qu'aujourd'hui le problème se pose moins, puisque c'est moins mal vu d'être gay maintenant, et que dans un sens on a plus besoin de portes-drapeaux. Néanmoins je ne supporte pas les gens qui jouent aux lesbiennes parce que c'est la mode mais qui ne couchent pas avec des filles parce que ça ne leur dit rien. Et, oui, dans ce sens je n'ai pas peur d'employer ce mot de légitimité.
Lorsque j'écris un scène hétéro, je ne me pose pas la question, car je n'ai jamais caché mon homosexualité. Je ne cache pas non plus le fait que je connais les hommes. J'ai pafois envie d'écrire dans le shéma "normal", sans hétérorisme, juste parce qu'une belle histoire peut avoir pour référence un homme et une femme. D'ailleurs, quand je suis en King, je me vis comme un homme hétérosexuel, donc je porte en moi ce shéma. Lorsque la chanteuse RoBERT chante "Ta femme ton drapeau" elle a envie d'écrire une chanson pour la visilité lesbienne, et elle le fait je pense pour cette chanson avec beucoup de talent. Et ça n'a rien d'un fond de commerce, elle ne cache pas son histoire avec M. Saladin, et je ne me dis absolument pas qu'elle n'a pas le droit de le faire, au contraire. Elle rend hommage à l'amour entre femmes, une fois, et il n'y a pas d'hitoire de légitimité.
Mais lorsque quelqu'un en fait beaucoup avec ça, cultive l'ambigüité pendant des années, et un jour on apprend que ça n'avait rien de réel, ouais c'est clair je suis déçue.
Je me doute qu'on va sûrement encore moins me comprendre après ce post, et que ce que je dis semble simplement étriqué. Mais c'est, non ce que je pense, mais ce que je ressens.

Sinon, Danaé, c'est avec une joie réelle que je te lis à nouveau, ici. Ton intelligence et ta subtilité m'ont souvent manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 17:27

Ca me fait drôlement plaisir de te revoir aussi, Oscar Wink

Je crois que je comprends mieux ce que tu veux dire. C'est sans doute l'exemple de Farmer qui m'avait induit en erreur puisque, mon âge oblige, je l'ai toujours connue hétéro déclarée. Après, je ne sais pas si on peut tant parler de fond de commerce que d'attrait pour l'ambiguïté sexuelle à l'époque de ses deux premiers albums, où il y avait ces chansons-là (Maman a tort, Greta, Sans contrefaçon, me viennent à l'esprit). Le groupe que j'applique plus à ta description, c'est T.a.t.u..
Voilà deux gamines qui, sur ordre de leur manager, se voulaient des pelles dans leur clip et criaient au monde entier qu'elles étaient lesbiennes... pour finalement revenir dessus et donner raison à tous ceux qui disaient "que c'était commercial" quelques années plus tard.
Après, je crois qu'elles se pointent à la gay-pride russe (et faut le faire What a Face ) tous les ans pour soutenir la cause, mais il n'en demeure pas moins que plein de gamines fan - lesbiennes ou pas, d'ailleurs - se sont senties trahies par la mise en scène de cette fausse histoire d'amour qui s'est révélée, effectivement, n'être qu'un fond de commerce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
Etoile
- est un jeune :
- est un jeune :
avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 17:43

Ah oui j'avais oublié ce groupe russe ...
Gamine ça me plaisait de les voir ensemble, et puis un jour paf, on apprend que c'est que des conneries, c'est dégeulasse.
Et Farmer, je suis dans ton cas, j'ai pas connu son époque 'Maman a tort', mais plus tard j'ai adoré 'Sans contrefaçon' et toutes les chansons du genre, et puis je l'ai détesté pour ça, quand jai su que c'était du vent.
ET pour Nothomb, ça me fait ça maintenant, mais j'y jamais cru pour elle, j'ai jamais cru qu'elle pouvait avoir de l'amour pour une femme, de l'amitié très forte, exclusive tout ça, oui certainement, de l'amour et du désir, j'en sais rien.
Je pense pas qu'une lesbienne serait depuis des années avec un homme qu'elle présente comme l'amour de sa vie, mais en meme temps être attirée par les femmes. Bisexuelle, bouarf.
Elle adore raconter sa vie ( tant mieux, ça fait des bons livres parfois ), pourquoi elle aurait fait l'impasse sur des histoires avec des femmes ? Alors oui petite à l'école, ou dans les rues en Chine, mais ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 18:41

Pourquoi se sentir trahi ?

Même l'exemple de T.a.t.u ne me révolte pas : ça démontre que l'homosexualité est quelque chose de banal et que se rouler des pelles entre personnes du même sexe c'est pas si terrible. Pourquoi vouloir toujours se sentir atypique ? Je vous trouve assez injustes là-dessus. Elles ne faisaient pas que ça : elles chantaient aussi et avaient des fans hétéros, garçons et filles. Je trouve au contraire que ça participe à un processus d'intégration des personnes homosexuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 19:56

Mais ça n'a rien à voir avec se sentir atypique. Je trouve simplement qu'on ne s'approprie pas comme ça la cause des autres. Par exemple, je soutiens les afro-américains, j'étais vraiment dans la joie quand Obama a été élu. Mais je ne suis pas Noir, je ne vis pas aux Etats-Unis, je n'en fais pas ma cause. Il y a une diffénrence entre se sentir proche d'une cause, et se battre pour soi. Je serai bien hypocrite si je disais que tous les popprimés du monde me font le même effet. Je suis d'abord une femme, ensuite une gouine, ensuite un drag-king, et c'est dans le même ordre que les choses me dégoûtent ou me révoltent. Quand je vois une femme qui souffre en Iran ou au Yémen, c'est ma condition de femme qui prend le dessus sur tout le reste. Je suis bien entendue aussi revoltée par le racisme, l'antisémistisme, et toutes ces causes sont justes, lutter contre tous les préjugés est juste. Mais je ne peux pas m'approprier la cause d'autrui, faire comme s'il s'agissait de moi. On dira ce qu'on voudra sur la légitimité ou non, moi je sais ce que ça fait de se faire péter la gueule en allant au lycée, moi quand j'avais 15 ans, je croyais que je m'appelais "la gouine", j'essuyais dignement les crachats sur mes épaules. Ouais, ça je connais. C'est très proche que de se faire traiter de sale noir, mais néanmoins je suis pas noire et je ne le serai jamais. Alors, je peux comprendre toutes les formes d'appression, mais ce que je comprendrai toujours le mieux, c'est ma propre douleur. C'est facile d'écrire sur l'oppresion quand on on est un homme blanc hétérosexuel. Mais la souffrance n'est pas là. Elle ne sera jamais là. C'est facile de la part de Farmer d'écrire ces chansons, bien au chaud dans sa petite bulle avec ses gardes du corps. C'est facile pour Nothomb d'écrire sur les femmes qui s'aiment. Mais elles ne seront jamais à ma place. Même les jeunes homos, si ça reste dur, il ne sauront jamais ce que c'était d'être homo déclaré il y a 15 ans, d'aller voir la Police et de se faire rembarrer parce qu'eux aussi étaient homophobes, aucune lois ne nous empêchait de se faire maltraiter verbalement. Moi on ne m'enlevera pas comme ça cette souffrance, inscrite sur mon visage. Cette cicatrice qui barre ma lèvre du côté gauche, c'est un coup de pied qui l'a fendue, parce que j'étais la gouine. C'est mon visage, c'est ma douleur, c'est ma chair. Alors, oui, c'est mon combat. Et ce n'est pas pour faire joli ni pour me sentir atypique que je me suis si souvent retrouvée à l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 21:19

Désolé si j'ai été blessant ce n'était pas le but de mon propos.

Nous sommes des êtres humains et c'est tout ce qui compte à mes yeux. Je respecte ton raisonnement mais je le trouve aussi dangereux : il peut conduire à une hiérarchie des souffrances. Ton approche est subjective c'est là tout le problème. Je suis gay, mais je ne suis pas une femme. Serais-je donc incapable de comprendre une "gouine" ? Moi aussi j'ai souffert du rejet (je ne suis pas français), ce sentiment est universel il me semble.

Bien sûr que c'est sa propre douleur que l'on comprend le mieux, mais en l'occurrence, la seule chose à laquelle tu peux prétendre, c'est d'en parler mieux que les autres.
Tu peux parler d'une catastrophe naturelle dans un de tes romans sans pour autant avoir eu affaire à un tsunami : je ne vois pas en quoi ton inexpérience t'interdit d'en faire la description. Au pire tu en parleras mal.

Enfin je ne prétends pas opposer les époques, ni les cultures sur la question de la "douleur homosexuelle" mais la question n'appartient pas exclusivement aux homosexuels/les car elle appartient à tous puisque nous sommes tous des êtres humains.

D'ailleurs si je suis ton raisonnement, la cause animale me laisse perplexe : je ne suis pas un phoque mais la fourrure me répugne. Je ne ressentirai jamais dans ma chair la douleur du phoque que l'on tue avec un piquet. Et donc ? Sous prétexte que nous sommes humains, il nous faudrait rester muets face aux carnages d'animaux de tous poils ? Les animaux n'iront jamais manifester avec des pancartes mais quelqu'un doit le faire.
Et crois-moi la cause des animaux m'émeut autant que celle des humains : la vie de certains hommes me semble moins importante que celles des animaux.

Si longtemps Farmer a réussi à persuader les foules qu'elle était homosexuelle, c'est qu'elle a dû les comprendre quelque part non ?


Dernière édition par Tom de Merteuil le 18/2/2009, 22:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sigh
- est déjà :
- est déjà :


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 21:26

"[les] animaux de tous poils."
Ha! Elle est bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 22:02

Je suis plutôt d'accord avec Tom.
Et puis, parler d'homosexuels, ce n'est pas nécessairement parler de souffrance, si ? Il y a effectivement ce qui est de la perception sociale, mais il y a aussi la relation en elle-même.

Pour Farmer, j'avoue que c'est un truc que je différencie de T.a.t.u. dans le sens où elle n'a jamais dit "je suis lesbienne". Ce que les fans imaginent ou ce qu'elle laisse à imaginer, c'est autre chose.
Pour répondre à Tom sur ce point, au contraire, je ne pense pas que les filles clamant "je suis lesbienne" pour dire "en fait, non" quelques années après "servent la cause" : qu'elles se roulent des pelles sur scène en couchant avec des mecs à côté, ça rentre pile dans le fantasme de l'hétéro-beauf de base et ça sert la thèse du fameux "les lesbiennes, ça n'existe pas".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 22:24

Lol !

Ou alors on comprend, et c'est mon cas : "Hétéro ou homo, quelle importance ?" Il y eut déjà un contact du grand public avec un baiser gay. C'est déjà pas mal. Bon, si ça avait été deux mecs ça l'aurait mieux fait... albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 27
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   18/2/2009, 23:42

Tatu, c'était un coup commercial. En ça, c'est dégoûtant. Mais pour ne voir que le côté positif... Au moins, les lesbiannisme n'est pas tout à fait tabou !
Après... Depuis quand l'homosexualité est-elle une cause ? Ce qu'il faut défendre, c'est la liberté d'aimer. C'est différent... Faisons attention aux mots !
Quant au préjugé que les lesbiennes n'existent pas... C'est ahurissant. Des hommes ou des femmes qui s'imaginent qu'on ne peut pas désirer autre chose que le pénis... C'est pathétique. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 02:38

C'est vrai, c'est fou : pourquoi l'homosexualité féminine est-elle à ce point inexistante ? Je veux dire, quand un garçon est gay, personne ne remet en cause le fait qu'il soit gay. Au pire, on le rejette, on ne l'aime pas, mais personne ne dit "ça n'est pas vrai". Au contraire, l'homosexualité féminine est toujours soupçonnée de ne pas être réelle. Beaucoup de mecs, quand ils ont à faire à une lesbienne, considèrent qu'ils ont encore le droit d'essayer de la séduire, parce "qu'elle n'est pas tombée sur le bon". Je n'ai jamais vu une fille essayer de convertir un gay. De même la sexualité entre femme est quasiment inexistante dans l'esprit de la plupart des gens. Les hétéros pensent qu'elles se tiennent la main gentiment et qu'elles se font des petits bisous. Le fait que la plupart des lesbiennes aiment la pénétration, par exemple, leur est tout à fait inimaginable.

Tom, pour te répondre, je comprends tout à fait ce que tu veux dire quand tu parles des animaux, tout ça. Je sais bien qu'on peut s'engager dans les causes des autres. Pas au même niveau, néanmoins, quand on n'a pas souffert. Les phoques ne peuvent pas s'engager eux-mêmes, malheureusement.

Sylbao, tu demandes pourquoi l'homosexualité serait forcément une cause. Ben jen sais rien, justement. Moi aussi j'aimerais que ce ne soit pas le cas. J'aimerais que la gay-pride n'ait pas lieu d'être. J'aimerais que les associations soient inutiles. Ce n'est pas encore le cas. Ce n'est pas l'homosexualité qui est une cause. L'homosexualité est un état de fait, certaines personnes sont homosexuelles. C'est la réponse à l'homophobie qui est une cause. Dans un monde où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, cette cause n'en est pas une. Je ne vis pas dans ce monde-là.

Je sais que c'est difficile à comprendre, ce que je dis. Quand je parle de légitimité, de fond de commerce, de cause, je sais que c'est étrange, et je m'attendais à votre réaction. Profondément, je pense comme vous. Je l'ai dit plus haut, il ne s'agit pas là de ce que je pense mais de ce que je ressens.
Si j'écrivais tous mes romans sur les noirs, sur le racisme, on pourrait se demander pourquoi, quand même. Qu'est-ce qui m'en empêche, d'ailleurs ? Je sais bien qu'on n'écrit pas uniquement sur ce que l'on connaît. Bien entendu, quand on écrit on invente. Mais je suis étonné de lire ce que dit Amélie Nothomb quand on lui demande pourquoi elle écrit sur des femmes qui s'aiment, quand elle répond "J'écris là-dessus parce que ça existe"... Oui, ça existe. Je trouve ça très court comme réponse. Comme si on n'avait pas le droit de se demander "Pourquoi ça plutôt qu'autre chose ?" Le sado-masochisme aussi, ça existe. Les gens qui n'ont aucun sentiment, qui n'aiment personne, ça existe. Beaucoup de choses existent. On a quand même le droit de se poser la question, pourquoi écrire sur ça plutôt que sur autre chose qui existe autant.

Mais, comme je le disais, je m'attendais à une telle réaction de votre part. Je la comprends. Je suis de la vieille école. Je n'ai pas vécu les choses de la même manière. Moi, ça me fait bondir quand on me demande pourquoi l'homosexualité serait forcément une cause, après tout ce que j'en ai bavé simplement pour avoir le droit de vivre. Je sais que lorsqu'on parle de l'affect il arrive un moment où l'on n'a plus d'argument, où l'on a que l'affect justement. Des arguments à m'opposer vous en avez des milliers, moi je n'ai que mon ressenti pour m'expliquer. Peut-être faudrait-il comparer les choses, demander à quelqu'un qui a connu le fait d'être Noir aux Etats-Unis il y a quarante ans ce que ça lui ferait si un Blanc faisait sienne sa "cause" pour comprendre.

Je fais l'insurgé comme ça, mais vous savez, je reconnais parfaitement que Tatu, Farmer, Nothomb, tout ça, ça ne nous a pas fait de mal. Ce qui fait mal, ce sont les homophobes qui brûlent des gays, qui violent des gouines pour leur apprendre ce que c'est un homme. Ce qui fait mal, ce sont les insultes, ce sont les coups. Ce ne sont pas les hétéros qui jouent aux homos pour se faire connaître, pour se donner une image de femme damnée. Je dis femme damnée parce qu'à ma connaissance un hétéro qui se fait passer pour un homo devant le grand public, ça ne s'est pas produit. Mais ce n'est pas impossible. Bien sûr, je préfère Mauresmo, je préfère les "vrais", parce que je m'identifie plus facilement à eux. Malgré ma verve, je sais bien reconnaître ce qui est vraiment mal moralement de ce qui est juste une légère tricherie sur l'image. Je ne suis pas aussi révolté que je le laisse paraître.

Le seul truc qui me fait un peu mal, c'est quand on me dit qu'être homo n'est pas une cause, ou comme je l'ai entendu un jour, de la part d'une autre homo, que nous ne sommes pas une communauté. Qu'on le veuille ou non, la persécution, la souffrance, les ghettos (volontaires ou subits) font de nous une communauté. Si on ne se serre pas les coudes, si on ne se bat pas, personne ne le fera à notre place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:01

Oscar de Jarjayes a écrit:
C'est vrai, c'est fou : pourquoi l'homosexualité féminine est-elle à ce point inexistante ? Je veux dire, quand un garçon est gay, personne ne remet en cause le fait qu'il soit gay. Au pire, on le rejette, on ne l'aime pas, mais personne ne dit "ça n'est pas vrai". Au contraire, l'homosexualité féminine est toujours soupçonnée de ne pas être réelle. Beaucoup de mecs, quand ils ont à faire à une lesbienne, considèrent qu'ils ont encore le droit d'essayer de la séduire, parce "qu'elle n'est pas tombée sur le bon". Je n'ai jamais vu une fille essayer de convertir un gay. De même la sexualité entre femme est quasiment inexistante dans l'esprit de la plupart des gens. Les hétéros pensent qu'elles se tiennent la main gentiment et qu'elles se font des petits bisous. Le fait que la plupart des lesbiennes aiment la pénétration, par exemple, leur est tout à fait inimaginable.

Phallocentrisme, bonjour !

A chaque fois qu'un hétéro me drague tout en sachant pertinemment que je suis lesbienne, j'en profite pour diffuser la bonne parole en lui faisant un petit cours de sexualité lesbienne (plus ou moins imagé, ça dépend de combien de verres j'ai bus avant What a Face ).
Et idem quand c'est un hétéro qui sait qu'il n'a aucune chance mais qui est attiré par "l'aura" lesbienne.

Les gays n'ont effectivement pas à affronter ce problème. Eux, c'est plutôt du domaine de l'hétérocentrisme ("qui fait l'homme, qui fait la femme"... "euh... personne Shocked ").


Je comprends ce que tu veux dire en parlant de ressenti, Oscar, même si, effectivement, d'un point de vue rationnel, je ne suis pas d'accord Wink
Faut dire que, en ce qui me concerne, je n'ai eu à affronter que des préjugés homophobes, pas de l'homophobie "directe". Ca a beau être insidieusement douloureux et crétin au possible, ça ne vaudra jamais les insultes et les tartes dans la gueule.

Par contre, je suis tout à fait d'accord sur cette idée de communauté. La communauté homosexuelle existe à mon avis non pas parce que les homos ont tous les mêmes goûts ou quoi que ce soit d'autre, mais parce qu'elle est la cellule de crise d'une oppression que nous partageons tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:25

Ça me fait peur de lire cette expression : "communauté gay".
Nous ne partageons qu'une seule chose : l'attirance pour les individus du même sexe. On ne se connait pas. Cette pseudo aide que vous évoquez tous les deux n'est pour moi qu'un mirage. Tout comme il n'y a pas de communauté de blonds ou de bruns ou de personnes aimant le karaoke ou que sais-je encore, la communauté gay n'est pour moi qu'une figure médiatique...j'irais même jusqu'à dire qu'elle me gêne. L'image du pédé est celui de la gay pride, comprenez avec des plumes dans le cul. Moi je ne me reconnais absolument pas là-dedans !


Et tant qu'on y est il faudrait dire qu'il y a une communauté gay internationale alors : moi par exemple je ne suis pas français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:38

Ben justement, on ne te parle pas de communauté de goûts ou d'affinités, mais de communauté de revendication politique Suspect
Le truc n'est pas "ouais, allons tous écouter de la techno parce qu'on est gays" ou faire ceci ou cela parce qu'on est lesbiennes (d'ailleurs, elles sont censées aimer quoi, les lesbiennes ? Laughing ). Le rassemblement n'existe que parce qu'il y a un militantisme à faire, pas pour autre chose - à mon sens, en tout cas.

Et ces éternelles allusions aux gays "qui ont des plumes dans le cul" de la Gay Pride comme des sous-gays caricaturaux auxquels on ne veut surtout pas être assimilés me fatiguent.
En tant que lesbienne "lipstick", je n'ai aucun problème avec les filles dites camionneuses tant décriées par l'ensemble des lesbiennes parce qu'elles donnent une mauvaise image, et blablabla...

Les gays "folles" comme les butchs ont le droit au même respect que chacun d'entre nous.

Si les gens sont assez crétins pour penser que tous les homos se ressemblent et sont comme ci ou comme ça, c'est leur problème.

Le cliché de la femme, c'est la bonne mère au foyer qui ressemble à une Barbie. Est-ce qu'on doit emmerder les Barbies pour autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:47

Non bien sûr, et ces personnes ont droit au même respect. Simplement pour une communauté, la simple attirance sexuelle est légère, idem pour les revendications sociales : ce n'est pas suffisant pour former une communauté. Nous n'avons pas la même façon de vivre.

Et qui dit communauté dit représentation extérieure et reconnaissance de la part de l'extérieur : je ne me reconnais pas dans les icônes que la pseudo communauté représente. C'est tout. Et je suis pourtant gay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:51

C'est quoi les icônes, Dalida ? Suspect
Non mais parce que, si c'est ça une communauté, je ne me sens appartenir à aucune non plus a priori. On diffère visiblement sur la définition, en fait.

La communauté homo, pour moi, ce n'est pas comme... je ne sais pas, la communauté bobo, par exemple : il n'est pas question de partager un mode de vie ou des goûts musicaux. Il est question de prendre soin les uns des autres parce qu'on est victimes de discriminations et de partager un combat politique.
Je vois la communauté homo comme je vois la communauté noire : les noirs n'ont rien de spécial en commun... à part d'être noirs et opprimés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 03:58

Dalida, Shella, Elton John et que sais-je encore.

S'aider les uns les autres, c'est là-dessus que porte mon désaccord le plus profond. Je n'y crois pas mais alors pas du tout.

Un combat politique, certes, mais les femmes se battent elles aussi pour l'égalité : y a-t-il une communauté des femmes en France ? Je ne pense pas. Il y a des femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:13

Déjà des femmes féministes, y'en a pas tant que ça^^

Et ensuite, 50% de la population, c'est un peu gros pour une communauté... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:18

Je sais c'est fait exprès !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:20

C'est pas une heure pour m'agacer, Tom Pouce Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:23

Eh c'est moi le modo là lol!

"Abus de pouvoir!!"

Ah et pourquoi je t'agace chère Danaé Lipstick ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danaé
- est déjà :
- est déjà :
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante/Lecture, écriture, ciné...
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:36

Tu me contraries avec tes faux exemples, voilà Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poppyzbrite.site.voila.fr/
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 31
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   19/2/2009, 04:54

Ce ne sont pas de faux exemples, mais des exemples extrêmes cad qui vont au bout de ta logique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La sexualité dans les écrits d'Amélie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La sexualité dans les écrits d'Amélie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» A quel age dans la Loola ???
» 14-18 les bûcherons Canadiens dans l'Orne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Et le reste. :: Autour d'Amélie-
Sauter vers: