AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La science, ou la promesse de vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   7/6/2009, 20:17

Oui, c'est très intéressant ce que tu dis. Merci pour ce cours magistral.
Je continue de penser que le savoir, même aussi précaire qu'est le mien, est ce qu'il y a de plus précieux.
Je comprends parfaitement la différence entre une calculatrice et la science, merci, mais je ne vois pas bien en quoi ça doit m'éclairer.
Je ne dis pas que les scientifiques ont toujours raison, en fait, je ne parle pas du tout dans la même strate de pensée.
Tu me cites, puis tu dis "Si seulement c'était aussi simple..." Ensuite tu me parles de savoir neutre, de connaissance pure connaissance... Je ne vois pas où tu veux en venir, pas du tout. Je crois que toi et moi on ne parle pas de la même chose. Oui, pour moi c'est simple. Quand je mange une seule pomme, je sais pertinement que je n'en ai pas mangé dix. Parce que je sais compter, et parce que je n'ai pas la chiasse. Pas les maths, si tu veux, et par l'expérience, oui je crois qu'on peut affirmer que 1 n'est pas égal à 10.
Tu me dis plein de grands mots pour me faire comprendre à quel point tout ceci est compliqué, et à quel point tu en sais plus que moi, mais je te crois tout à fait Julien, c'est très compliqué et tu en sais plus que moi. Seulement je ne parle pas du tout de choses compliquées, moi.
Je dis ceci :
C'est bien joli de remettre tout en question, de dire on peut douter de tout car toute expérience est donnée par les sens, et je je peux douter de la capacité de mes sens à me renvoyer la réalité, c'est bien joli-cest bien gentil, mais je trouve que c'est stérile comme attitude.
Je peux bien douter que l'eau fait rouiller le fer, je peux même démontrer que ce n'est pas le cas : ce sera juste du sophisme de la pire espèce et ça n'avancera à rien, car il y a quand même une réalité perceptible et dans cette réalité, dans ce monde-ci, l'eau oxyde le fer, c'est comme ça.
Je crois que les gens qui pensent le contraire se donnent juste un genre : ils savent très bien que l'eau oxyde le fer, mais "ça fait bien" de faire celui qui doute de tout et qui ne croit en rien, ni en la parole d'un scientifique, ni en une expérience, ni en ses propres yeux.
Le matin quand vous voyez le bus arriver, vous montez dedans. Vous ne faites pas semblant de pas être sûrs qu'il y a un bus.
Alors faudrait peut-être voir à arrêter de faire semblant de ne pas comprendre ce que je dis, et passer au niveau 1 de la philosophie, parce que pour l'instant c'est le niveau zéro.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 00:10

Mais tu sais Oscar, dans la vie, la philosophie n'est pas particulièrement utile.
Il n'est pas question de "stérillité", parce que d'accord, ça ne changera pas grand chose à ta tarte aux pommes - mais ça, on s'en fiche.
On débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ju
- est un jeune :
- est un jeune :


Masculin Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 07/06/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 01:06

Ohlala je suis désolé je ne voulais pas être blessant. Je me suis emporté en écrivant "Si seulement c'était aussi simple" alors que ça pouvait effectivement être vexant. C'était plus une réflexion pour moi-même par rapport à ta référence à la dictature, parce que je suis souvent amené à traiter ce genre de sujet en dissert' et qu'à chaque fois il faut s'évertuer à l'expliquer, ç'en devient presque pénible! scratch
Mais sinon j'ai trouvé ton analyse de 1984 tout à fait intéressante, c'est pour ça que j'ai voulu l'étayer en l'abordant d'un point de vue un peu différent. Vraiment je ne cherchais pas à rabaisser qui que ce soit, et je n'avais pas l'intention de prouver une quelconque supériorité. 90% de ce que j'ai écrit sort de lectures, je voulais juste partager. Je pensais que ça intéresserait.

Pour la philo, le scepticisme est un école de pensée qui a fait son temps certes, mais qui a ses mérites. Elle constitue d'ailleurs encore aujourd'hui une base importante de la science justement. Mais je ne vois pas vraiment en quoi cela m'engage personnellement, je ne suis pas sceptique, bien au contraire. Je considère que l'idée d'un non-être est absurde, et qu'une chose ne peut qu'être, à condition qu'elle soit considérée en elle-même. Je me placerais donc plutôt vers le croisement d'un panthéisme spinoziste et d'un nihilisme nitzschéen refusant toute téléologie, si je devais définir ma pensée (qui vaut c'qu'elle vaut). Mais je ne suis pas sûr que ce soit l'endroit pour parler de cela.

J'espère en tout cas avoir un peu compris ce que tu voulais dire cette fois! J'aurai peut-être un level-up! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captaincavern
- est un jeune :
- est un jeune :
avatar

Masculin Nombre de messages : 75
Age : 40
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 01:52

Quelle belle entrée en matière en matière. J'aime bien ce que tu racontes Ju, c'est plein de bon sens. Wink Very Happy

Sur le fond toutefois, je reste d'accord avec Oscar: nos sens nous donnent une représentation de la réalité. Si je voyais double, je penserais avoir mangé deux pommes au lieu d'une; j'aurais une autre représentation du réel, mais je ne pourrais toujours pas en manger tout à la fois 0, 1 et 10000...
J'ai des frissons rien qu'en imaginant ce que serait un monde où 2+2=5. Croire en cette hypothèse, c'est nier la valeur de nos sens. Le concept de réalité devient alors absurde (je radote là...). D'un autre côté, on pourrait faire des histoires sympa en partant de cette hypothèse! Very Happy : je pourrais avoir 20 ans, la jeunesse éternelle et tout en même temps 100000 ans et la sagesse absolue Very Happy . Je pourrais aussi rire au nez du toubib s'il m'annonce que j'ai 3 grammes de cholestérol et envoyer chier mon banquier s'il me harcèle avec mon découvert! Very Happy Quel monde merveilleux en fait! Very Happy Very Happy Very Happy

Quand à la citation: "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien", je ne l'interprète pas tout à fait de cette façon là. Wink Tel que je l'entend, cela veut dire que la somme de ce que je sais est négligeable comparée à la somme de ce que j'ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ju
- est un jeune :
- est un jeune :


Masculin Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 07/06/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 02:11

C'est vrai qu'on peut l'interpréter comme ça aussi! Ca me rappelle un peu Auguste Comte et son "L'Humanité est composée de plus de morts que de vivants".

A vrai dire, même si tu voyais double, en mangeant la pomme tu te rendrais bien compte, par le toucher, qu'il n'y en a qu'une seule. Cela dit il ne s'agit pas vraiment de nier le sensible, mais plutôt de l'intégrer dans sa fonction de représentation. La perception devient un aspect du réel, elle le compose. Il n'y aurait alors pas de "vérité" unique, mais des vérités, toutes représentations redoublées pour reprendre une nouvelle fois Foucault. Le réel devient simplement cet espace se situant entre ces différentes grilles de représentation, il se révèle négativement! C'est tout un mode de réflexion bien sûr, et il n'est sûrement pas plus légitime qu'un autre à mon goût, ça serait absurde, mais en tout cas je le trouve très intéressant pour approcher les sciences humaines et surtout l'imaginaire. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 02:52

Oui : la différence entre le réel et l'imaginaire, dans nos cervelles, est si mince... Presque impalpable. Si bien qu'on peut se poser des questions ! (Dans la mienne en tout cas.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captaincavern
- est un jeune :
- est un jeune :
avatar

Masculin Nombre de messages : 75
Age : 40
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 13:44

Ju a écrit:
C'est vrai qu'on peut l'interpréter comme ça aussi! Ca me rappelle un peu Auguste Comte et son "L'Humanité est composée de plus de morts que de vivants".

A vrai dire, même si tu voyais double, en mangeant la pomme tu te rendrais bien compte, par le toucher, qu'il n'y en a qu'une seule. Cela dit il ne s'agit pas vraiment de nier le sensible, mais plutôt de l'intégrer dans sa fonction de représentation. La perception devient un aspect du réel, elle le compose. Il n'y aurait alors pas de "vérité" unique, mais des vérités, toutes représentations redoublées pour reprendre une nouvelle fois Foucault. Le réel devient simplement cet espace se situant entre ces différentes grilles de représentation, il se révèle négativement! C'est tout un mode de réflexion bien sûr, et il n'est sûrement pas plus légitime qu'un autre à mon goût, ça serait absurde, mais en tout cas je le trouve très intéressant pour approcher les sciences humaines et surtout l'imaginaire. Smile

Nous sommes donc tout à fait d'accord. cheers Pas de "vérité" unique, mais des vérités. La représentation sensible que nous avons du monde n'est pas la seule possible. Il n'y a qu'à regarder la diversité des appareils sensoriels chez les êtres vivants pour en être convaincu. Mais notre représentation est bien une facette de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   8/6/2009, 14:42

Pourquoi chercher à se convaincre que nous vivons nécessairement dans un monde réel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   17/6/2009, 19:00

Ju gagne 200 xp et passe au niveau supérieur.

Bon, je suis contente que tu le prennes comme ça.
Je sais bien qu'on est là pour débattre, mais ma tarte aux pommes fait partie du débat. Et je pense que la philosophie est non seulement utile, mais indispensable, tant qu'on ne se perd pas en divagations stériles. Et je ne parle pas pour les gens ici sur ce forum, mais pour un tas de philosophes reconnus, d'étudiants en philo et de profs de cette discipline.
Indispensable, et obligatoire : on fait de la philo comme Jourdain de la prose.
Quand on se demande comment juger la Courjault, si on doit considérer ce qu'elle a fait et ce qu'elle a comprit de ce qu'elle a fait sur le même plan que ce que vous, moi, l'avocat général et le président du Tribunal auraient fait sa place, on fait de la philo. Quand on se demande quel prix on doit accorder à la vie, quand on mesure le bien et le mal dans ses actions, quand on tente de savoir ce que sont le bien et le mal, quand on parle de l'idée de dieu, on fait de la philo. Quand on décide de ne pas doubler une personne au distributeur de Coca, parce que ce n'est pas moral, ou parce qu'on n'aimerait pas que cette personne agisse ainsi envers nous, on fait de la philo.

Oui, je sais, je ne parle plus du tout de la valeur que j'accorde à la science, je parle de la philosophie. Mais le débat nous amène ici.

Si la philosophie n'a pas le moindre rapport avec la tarte aux pommes, au bout d'un moment elle devient complètement vaine.
Si on se permet de penser que chacun fait bien ce qu'il veut, que n'importe qui peut rejeter des déchets toxiques dans l'eau ou prôner la supériorité raciale, sous pretexte que "d'une point de vue philosophique, on peut débattre de l'écologie ou du racisme", on va dans le mur , vous me suivez ?
Prendre des bonbons en pensant que ça soigne, c'est pas trop grave, aller dans des groupes de paroles new-age, ça fait pas de mal, etc. Mais si on n'oppose pas à un moment donné la pensée (qu'elle soit philosophique, scientifique ou ce qu'on veut) à la superstition, on va dans le mur, aussi. Certains y opposeraint le "bon sens" mais je méfie du bon sens. Il est le niveau zéro (encore lui) de la pensée. Et mettre sur le même plan la science et la croyance, ou accepter toute idée parce que "philosophiquement" on ne peut pas prouver le contraire, ça peut faire du mal. Des gens meurent de ces conneries. Des enfants dont les parents sont dans des sectes (le débat est parti de là) ne sont pas soignés correctement et décèdent. Que faut-il faire ? Débattre de la valeur de la vie, de l'importance de la mort ? Ou combattre les idées qui les ont conduits au tombeau ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   17/6/2009, 19:03

Sylbao a écrit:
Pourquoi chercher à se convaincre que nous vivons nécessairement dans un monde réel ?

En cela, je suis complètement d'accord avec toi, et je suis bien placée pour en parler, car moi-même je ne vis pas du tout dans le monde réel. Mais en effet, je vis dans "un" monde réel, il y a forcément un monde réel autour de moi. Même si moi, je ne suis pas dans celui-là, mais dans un autre monde bien plus cool avec des kobolds et des Hobgobelins. Je persiste à penser que le monde dont les autres parlent, celui avec les bagnoles et les gens qui vont au bureau, existe. Ou alors c'est l'autre, celui avec les sorts de protection ? Enfin, il y en a forcément un des deux qui est réel, il faut bien qu'il y ait un monde qui m'ait engendré, puisque je peux penser le monde... Donc, on peut penser que si je suis réel, le monde est réel quelque part... A moins qu'on puisse exister sans monde autour de soi... Mais on tomberait, non ?

ptdr

Et je suis d'accord avec Captain, autant que je le suis avec K. Dick : "La réalité n'est qu'un point de vue."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 32
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   17/6/2009, 21:13

Oscar de Jarjayes a écrit:
Sylbao a écrit:
Pourquoi chercher à se convaincre que nous vivons nécessairement dans un monde réel ?

En cela, je suis complètement d'accord avec toi, et je suis bien placée pour en parler, car moi-même je ne vis pas du tout dans le monde réel. Mais en effet, je vis dans "un" monde réel, il y a forcément un monde réel autour de moi. Même si moi, je ne suis pas dans celui-là, mais dans un autre monde bien plus cool avec des kobolds et des Hobgobelins. Je persiste à penser que le monde dont les autres parlent, celui avec les bagnoles et les gens qui vont au bureau, existe. Ou alors c'est l'autre, celui avec les sorts de protection ? Enfin, il y en a forcément un des deux qui est réel, il faut bien qu'il y ait un monde qui m'ait engendré, puisque je peux penser le monde... Donc, on peut penser que si je suis réel, le monde est réel quelque part... A moins qu'on puisse exister sans monde autour de soi... Mais on tomberait, non ?

ptdr
javascript:emoticonp(':%20miroir%20:')
Et je suis d'accord avec Captain, autant que je le suis avec K. Dick : "La réalité n'est qu'un point de vue."


Docteur Jekylle et Mr Hyde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   17/6/2009, 23:18

Descartes a dit : je pense donc je suis. Mais ce n'est qu'un postulat. On peut tout imaginer. Par exemple, que l'on ne serait qu'un fantasme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quiforka

avatar

Féminin Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 14:45

Je vais essayer de partir de cela, Sylbao...

On serait le fruit de la pensée de quelqu'un ? Et ce quelqu'un, il serait le fruit de la pensée d'encore un autre ? Et c'est autre, il serait le fruit de la pensée d'untel ? Et untel...etc.

L'idée pourrait faire un scénario sympa de film. Mais j'ai du mal à croire que ça ce soit la "réalité"...Notre irréalité serait la réalité ???!! Rolling Eyes

Tant mieux pour ceux qui y croient, si cela leur est moins désagréable comme idée et qu'ainsi la vie leur paraît plus légère. Mais si vous êtes le fantasme d'autrui, j'espère pour vous que vous serez toujours à la hauteur des espérances de cet autrui, sinon : PLOUFFFF ! Vous disparaîtrez ! (c'est ainsi que votre mort arrivera). Vous me direz : la mienne aussi arrivera. J'ose espérer que les gens, du moins ceux qui me sont proches, penseront encore à moi après ma mort (quand je dis j'espère, euh en fait je m'en foutrai, vu que je serai morte !! geek ). Et je crains que le fait que les gens pensent à moi ne m'empêchera pas de mourrir, malgré toutes leurs pensées...Réussir à maintenir quelqu'un en vie, par la force de la pensée...un scénario sympa, je maintiens.

"On pense à moi donc je suis"... Wink

Supposition : donc si on continue à penser aux morts (enfin à ceux reconnus comme officiellement morts), c'est qu'en fait ils sont en vie, mais invisibles...On m'opposera sûrement un : "ce n'est pas parce que toi tu ne les vois pas, que personne ne les voit ! Et toc !"...

Que répondre à cela ? Je confirme juste que je ne les vois pas. Mais je ne peux pas prouver qu'autrui ne les voit pas. Je ne peux pas prouver qu'ils ne sont là pour personne, et prouver que les gens qui affirment les voir sont en fait des affabulateurs (ou des drogués Laughing Rôôôô, je rigooooole...ou des personnes ayant des hallucinations).

En bref je ne peux pas prouver que les morts ne sont plus rien, qu'ils sont "néants" (moi je suis néant 1976 tongue ). Je crois qu'on se fait du bien à penser que nos morts ne le sont pas vraiment. Je crois que c'est un sorte de réflexe de survie pour ne pas sombrer dans l'angoisse. C'est humain, naturel, si j'ose dire. C'est un peu salvateur, pour certains en tout cas. Et puis la mort d'autrui nous renvoit systématiquement, j'imagine, à notre propre mort. La mort c'est le mot FIN, et on a beau passer nos journées à nous plaindre pour un oui pour un non, on a dans le fond pas vraiment envie que cela s'arrête (en général j'entends, sinon nous aurions tous déjà tourné la page).

Si je meurs, est-ce que j'emporte tout mon "monde" avec moi ? Est-ce que c'est tout le livre qui se referme, ou juste la page où il y a mon nom qui brûle, se consumme, et disparaît à jamais ? Si Captain est une vue de mon esprit, s'il existe parce que je le pense, va-t-il partir avec moi, ainsi que tous les êtres m'entourant, que je me serais "fabriqué" - "imaginé" ?

J' "existerais" parce que je suis le fantasme de quelqu'un qui ainsi me donne "vie" ? Ou ce quelqu'un existe parce que c'est moi qui l'ai imaginé ? Si tout tourne autour de moi, si tout ce que je vois/imagine n'est que vue de mon esprit, cela signifie qu'après moi il n'y aura plus rien. Et qu'avant moi il n'y avait rien non plus (pour suivre la même logique, si j'ose dire). Donc l'Histoire est mon imagination. Tous les petits personnages, que tout mon "réseau" connaît, au moins de nom (Vercingétorix, Napoléon, Hitler...), tout cela n'est qu'une histoire bien ficelée ? Un sorte de trame géante ? Un jeu de rôle(s) incroyable qui se jouerait dans un monde virtuel et un espace/temps d'une richesse incommensurable ? Tout cela créée par mon cerveau/esprit ?

J'aurais imaginé des millions de morts ? Fais naître des millions de gens ? (virtuellement biensûr). Si c'est la cas, contrairement à ce que l'on peut penser en premier lieu, je ne suis pas un monstre. On pourrait me dire "oui mais tu aurais dû créer un monde de bisounours, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil !"...mais reproche-t-on à un auteur d'avoir écris un bouquin où les personnages sont ignobles et s'entretuent ? Non ! Tout le monde s'en fout, puisque ce n'est pas la réalité...

Donc j'aurais écris ce bouquin (où vous êtes tous), et personne ne pourra m'en vouloir. De toute façon personne n'existe que moi. Donc comme ça c'est réglé Wink

Et pis le premier qui fait semblant de penser par lui-même c'est bien simpe : le bouquin je le referme puis j'allume un briquet (fabriqué par mes soins, vu que je suis seule...donc je vais moi-même creuser dans le désert pour trouver du pétrole...et puis tout le reste...enfin je ne sais pas comment on fabrique un briquet de toute façon...il doit bien y avoir un manuel quelque part...que j'ai écris moi-même cela va sans dire...mais c'est que j'ai juste une mémoire de merde !)...Oui donc je disais je fous le feu au livre, et pis c'est tout !!!

scratch scratch scratch
(Perso j'adore les trucs télévisuels genre 4ème dimension, les films d'horreur avec des vampires, des zombies, des fantômes, des trucs qui nous changent de la réalité...enfin de MA réalité en tout cas - puisqu'apparemment ce n'est pas celle de tout le monde - mais je continue à croire que toutes ces choses ne sont que dans ma tête...et de l'imagination je n'en manque pas...Mon imagination est mon refuge à moi. Je vous souhaite que la vôtre soit un refuge aussi).

PS : si j'ai inventé les gens, ai-je aussi inventé le monde ? (hors êtres vivants, je veux dire)...Ai-je inventé les montagnes ? Les fleuves ? la végétation ? Les océans ? Si oui c'est que rien n'existe, en dehors de ma pensée. Ni les gens, ni les choses. Je ne suis assise sur rien du tout, il n'y a personne ni rien autour de moi. Je n'ai ni bras, ni tête, ni organes génitaux...Je suis la pensée de ma pensée Idea

Nota final : je n'arrive pas à me convaincre que tout cela soit "ce qui est". (Et pourtant j'ai essayé Surprised ), mais je n'arrive pas à en conclure que nous ne soyons q'un fantasme. Une idée dans le vide sidéral. C'est valable pour moi, mais je ne crois pas non plus qu'autrui soit le fruit de ma pensée. En bref, en mon humble avis, je ne suis pas un fantasme, et vous ne l'êtes pas non plus. Je ne suis pas le vôtre, et vous n'êtes pas le mien. Je ne suis pas le fantasme de Captain, je ressemble peut-être à l'image qu'il a dans la tête, mais je reste moi, un bloc de chair tenu par quelques os, et conçu par mes parents...Avant que je naisse j'étais une idée, si je puis dire. J'étais dans la tête de mes parents (ce n'était pas moi, c'était l'idée de moi, qu'ils avaient), mais quand je suis née j'étais là, moi. Sans qu'ils n'aient plus à se forcer à penser pour que j'existe en tant que moi...Je suis là et bien là. Ce qui n'empêche pas mes parents de se faire des idées sur moi, et que ce n'est pas toujours la réalité Razz

Conclusion de chez conclusion : je pense que nous ne sommes pas dans la Matrice, pas plus que coincés dans un tamagotchi géant ! Razz (mais je peux me tromper Wink ).

Fallait vraiment être en arrêt maladie pour avoir le temps de m'amuser avec tout cela...


Dernière édition par quiforka le 18/6/2009, 15:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quiforka

avatar

Féminin Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 14:54

Sylbao, entendais-tu par "fantasme" : "croyance", "fantaisie de la pensée" ?

C'est ainsi que j'ai compris ton intervention, et de cela que je suis partie aussi. Emettais-tu bien l'hypothèse suivante : "Et si nous n'étions qu'une croyance, qu'une fantaisie de la pensée ?"...

Si oui, alors j'avais saisi ton hypothèse. Et je voudrais ajouter que : pour qu'il y ai croyance, pensée, il faut qu'il y ait un penseur (ou plusieurs) à mon avis.

Si non, ne tiens pas compte de mon intervention, qui sans doute n'a ni queue ni tête. Par contre en ce cas, peux-tu définir un peu plus précisemment (en reformulant éventuellement) ce que tu voulais dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 15:47

Dans mon cas, ce n'est pas du tout une question d'imagination. Je suis un fantasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quiforka

avatar

Féminin Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 16:17

Alors tu es le rêve incarné...ça ne m'étonne pas de toi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 16:31

En citant Descartes, on oublie souvent (ou on ne sait pas du tout) qu'il a envisagé un certains nombres d'hypothèses. Par exemple, la possibilité que nous ne soyons que le rêve d'un mauvais esprit trompeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar de Jarjayes
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 37
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Ecrire
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 16:43

Incarné, ça dépend pour qui. J'y peux rien si je suis un fantasme... Je ne peux pas m'incarner pour toutes les femmes...

Oui, je crois que Descartes a envisagé ça.
Et s'il ne l'a pas fait, beaucoup l'ont fait. En général, l'envisager pour mieux repousser cette hypothèse.
Après, ça dépend des gens aussi. "Je" n'a de sens que s'il est relié à une personne. Que suis-je, mais je, qui est-ce ?
Par exemple, si je c'est moi, alors j'ai été envoyé sur Terre par le Diable pour corrompre la jeunesse. Pour cela il a bien fallu qu'il y ait une Terre réelle et une jeunesse innnocente à corrompre. Et que je n'existe pas uniquement dans l'esprit du démon.
Gloire à Satan.
Mais peut-être que Sylbao existe uniquement dans la tête d'un diablotin qui nous envoie des posts plein de malice.

Je rigole, mais je veux par là, pourquoi est-ce qu'on ne se pose que la question de que suis-je ? Par qu'on n'est sûr que d'une chose c'est qu'on pense ? Que suis-je ? C'est quoi cette question... Je, c'est moi putain. Ce n'est pas Quiforka, ou Sylbao, pour moi, je c'est moi, Oscar. Le "je" philosophique est une entité étrange. C'est l'esprit de la personne qui est en train de réfléchir, c'est un je global alors qu'il y a autant de "je" qu'il y a de gens. Sylbao vit peut-être dans un monde autre, et moi dans un monde semi-réel, et nous ne sommes peut-être pas tous dans le même plan d'existence. Pourquoi la réalité serait la même pour tous les "je"?

Je pense qu'on se croise dans ce monde, mais qu'on est chacun dans le notre, dans le monde qu'on a réussi à se construire dans nos têtes à partir des fragments de réalités qu'on a entr'aperçus dans nos vies. On se croise dans cette semi-réalité, qui n'est la même pour personne, on s'y agite, on essaie de se comprendre, tout le monde est fou et surtout nous-même, et on finit par mourir avant d'avoir compris ce qu'on foutait là.

C'est peut-être pas aussi élégant que de la super philo compliquée avec des mots d'allemand intraduisibles, mais c'est ma pensée, ma représentation.
Et bien entendu, chacun la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quiforka

avatar

Féminin Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   18/6/2009, 18:07

J'aime bien l'idée qu'on ait chacun notre monde, et que parfois nos mondes s'ouvrent l'un à l'autre, les uns aux autres.
Nous serions chacun dans une grosse bulle (genre bulle de savon), flottante, bulle bien fermée mais qui vient s'ouvrir à une autre bulle lorsqu'elle la rencontre. De deux petites bulles, pour un instant, cela forme juste une plus grosse bulle...puis, après qu'il se soit passé des choses, ou rien du tout d'ailleurs, la grosse bulle se divise à nouveau en deux petites bulles, qui repartent chacune de leur côté.
Autant de bulles que d'individus. Et dans ma bulle il y a Captain, qui a lui-même sa propre bulle autour de lui. Mes chats sont dans ma bulle, ils sont dans la bulle de Captain, Miquette est dans la bulle de Petit Minet, et vice-versa. Et dans la bulle de Petit Minet il ya une méga-bulle comportant un gigantesque sac de croquettes...
Ca fait rêver... En tout cas ça laisse entrevoir quelque chose de très riche, de très excitant.

Mais c'est vrai que du coup on a tendance à se demander : mais qu'est-ce que je fous là ? pourquoi moi ? A quoi Serge ? Laughing
Pensez-vous qu'il y a une raison à ce que nous, en tant que de multiples "je", soyons là ? Si j'ai une mission je ne sais toujours pas laquelle (allo-O-o-o-o-o ? Quelqu'un m'entend-EN- en-en ? - je fais l'écho -). Il faudrait déjà déterminer si c'est le Bien ou le Mal que je suis destinée à faire (un peu des deux, j'en ai peur).
Et pis d'abord, suis-je destinée à faire quelque chose ? (suis-je manipulée tel un pantin ?) ou est-ce à moi de prendre ma vie en main ?
Si je bouffe un enième gâteau, c'est parce que c'était marqué que j'allais le faire (?), ou bien aurais-je pu tout à fait librement dire "niet, no more cake !"...
Si je me dis "c'est marqué, mais pour essayer de défier le truc, de le contourner, je vais de toute ma volonté m'opposer...et ne pas prendre ce foutu gâteau ! Na !" mais alors du coup je me demande : "C'était peut-être tout simplement marqué ceci : elle va refuser de prendre ce gâteau, va croire qu'elle s'y oppose de son propre chef, et ne va pas le prendre...Hé hé, si elle savait !!! Tout est marqué...C'était marqué qu'après un semblant de lutte elle finirait par ne pas le prendre....et elle ne l'a pas pris Twisted Evil ".

Wooow ! Laissez-moi tranquille, vous là-haut, qui tenez les rênes ! ( c'est marqué que j'allais crier ça. Et c'est marqué que j'allais écrire que j'allais écrire ça geek ).

Hé hé, ce sujet a le mérite de me faire rire. Il n'en est pas dénué d'intérêt pour autant, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
De Merteuil
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Masculin Nombre de messages : 900
Age : 32
Localisation : Sous ma couette
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   23/6/2009, 01:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   23/6/2009, 02:18

Trop fort, Tom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quiforka

avatar

Féminin Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   23/6/2009, 17:15

Il est à croquer ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La science, ou la promesse de vérité   

Revenir en haut Aller en bas
 
La science, ou la promesse de vérité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Roch Voisine - La promesse
» Promesse d'embauche pour remplaçante
» avis occitane riz rouge (enfin mais promesse tenue) !
» jeanne D'ARC
» promesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Le petit Salon :: Bla Bla-
Sauter vers: