AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tribune de Genève (2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylbao
- est un respectable :
- est un respectable :
avatar

Féminin Nombre de messages : 1032
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Emploi/loisirs : Etudiante en lettres modernes
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Tribune de Genève (2009)   15/8/2009, 01:40

Amélie se sent prise d’un froid hivernal

Livres | La rentrée, et hop, voici le nouveau roman Nothomb! Sortie le 20 août.

L’auteure aime à entretenir un mystère autour de sa personnalité. Néanmoins, lorsqu’elle écrit, une part autobiographique non négligeable transparaît. «Chaque livre est comme un enfant, je lui donne une part de moi.»

SOLÈNE FROIDEVAUX | 15.08.2009 | 00:00

Fini le Japon! Enfin guérie de son enfance, Amélie Nothomb? Pas si sûr. Dans son nouveau roman, Le voyage d’hiver, la Belge nous plonge à nouveau au cœur d’un aéroport. A nouveau? Rappelez-vous, un des romans à succès de l’auteure, Cosmétique de l’ennemi (2001), utilisait déjà ce décor, dans lequel un homme menait un combat avec son ennemi intérieur.

Aujourd’hui, dans Le voyage d’hiver, Amélie traite de Zoïle qui s’apprête à faire exploser un avion. Un héros? Pas vraiment, plutôt un antihéros, que ses parents affublent du prénom d’un sophiste «crétin». Il sait comment commettre l’irréparable, tout en essayant de ne pas y penser. Bref, aucun courage mais une recherche dans le symbolique pour justifier son acte.

Par son projet, Zoïle va mourir et c’est ainsi qu’il sent le besoin d’«écrire ce qui n’aura pas le temps d’être lu» lors de l’attente de l’avion, à l’aéroport. En effet, il est clair pour lui qu’il emportera le manuscrit. Et pourtant, le lecteur se trouve en possession de cette sorte de testament qui lui apprend comment Zoïle en est arrivé là.


L’amour douloureux

«Il n’y a pas d’échec amoureux.» La citation au dos du livre intrigue et laisse planer un mystère considérable. Voilà une manière plutôt laconique de susciter la curiosité du lecteur! Assistera-t-on à une histoire d’amour? En quelque sorte, même si la réciprocité de cet amour tiraille le lecteur jusqu’à la presque fin du livre. Ce qui est sûr et qui se remarque au fil de la lecture, c’est que la jeune femme est la raison du détournement de l’avion.

Amélie Nothomb, 42 ans, ne semble pas traverser la crise de la quarantaine. La tempête intérieure, elle la vit depuis toute petite. C’est peut-être pour cela qu’elle exprime les chemins tortueux de l’amour avec une si grande sensibilité. L’auteure, habituée à construire des chapitres très courts en laissant des blancs considérables, joue avec les mots. Elle nous force ainsi à remplir ces espaces vides et à voir plus loin que ce qui est écrit. Ce vécu d’angoisse d’Amélie, dont l’enfance a été faite de voyages, le lecteur le ressent a fortiori. Ainsi se retrouve-t-on immergé dans ce monde où se mêlent légèreté et gravité.

L’auteure n’a jamais caché son envie d’atteindre de nouvelles frontières et elle le montre dans ce livre, le dix-huitième, où elle parvient encore à nous surprendre. En effet, malgré des thèmes déjà traités où se trouvent des personnages atypiques, Amélie Nothomb s’approprie de nouvelles étendues où l’hiver et le froid qui y est lié deviennent les moteurs du comportement humain. Par conséquent, le froid mène au voyage, Le voyage d’hiver. «Le monde n’est strictement rien d’autre que ce conflit entre le froid et le chaud, la mort et la vie, le gel et le feu, il ne faut jamais oublier que le froid a précédé le chaud.»

Le voyage d’hiver rappellera sans conteste aux mélomanes l’œuvre du même nom mis en musique par Schubert. Dans cette œuvre musicale, l’hiver est la mort. Chez Nothomb, l’hiver semble figer l’état dans lequel se trouve Zoïle: l’enfer. C’est donc une mort libératrice qui attend l’antihéros. Dans un état où il semble toucher le fond, l’avion semble être le meilleur moyen de s’élever une dernière fois.

Cependant, Le voyage d’hiver n’est pas l’explosion de l’engin en question mais bien le cheminement de cet être qui semble avoir tout perdu. Il va connaître plusieurs voyages qui le décideront à effectuer celui qui sera définitif.

Qu’en penser? Un nectar, non. Mais un bonbon qui fond dans la bouche et donne des frissons. Alors que l’été s’achève, l’hiver traverse déjà le corps à la lecture de ce roman. Ce qui fait mal nous rend-t-il vraiment plus forts?



❚ Le voyage d’hiver, par Amélie Nothomb. Albin Michel. 144 pages. Sortie prévue le 20 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tribune de Genève (2009)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Genève : La Saga des Géants
» COMMANDO reportage du 28 janvier 2009- en six parties-
» PRÉDICTION POUR 2009...SELON GINETTE BLAIS ASTROLOGUE
» Tournée d'automne 2009
» Oostende voor anker 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothomb :: Amélie Nothomb :: Interviews :: Presse-
Sauter vers: